Movie Madness #2

Girl, interrupted! – 18.5/20

Bande annonce: *

girl_affiche3


 My sassy girl – 14.5/20

Bande annonce: *

158310-my-sassy-girl


 Une journée à New-York – 10.5/20

Bande annonce: *

New_York_Minute_(movie_poster)


 A vif – 16/20

Bande annonce: *

00057B


 Le journal intime de Georgia Nicolson – 9.5/20

Bande annonce: *

?????????????????


 Minority Report – 17.5/20

Bande annonce: *

minority-report_affiche


La Faille – 17.5/20

Bande annonce: *

movie_47348


 Spring Breakers – 2/20

Bande annonce: *

1010001_fr_spring_breakers_1358246869414


 Zodiac – 18/20

Bande annonce: *

zodiac-poster


 Inception – 15/20

Bande annonce: *

Inception_ver3

Publicités

Heathers, 1988.

“Greetings and salutations… you a Heather?”

Aujourd’hui je vous parle d’un des meilleurs teen movies du monde entier. J’en ai déjà vaguement parlé ici et , mais aujourd’hui j’aborde le sujet en profondeur pour vous inciter à la regarder et à l’aimer. Si vous avez déjà parcouru internet à la recherche d’informations concernant ce film, vous avez surement pu lire des d’avis négatifs de personnes qui n’y connaissent rien en teen movie et à qui j’ai envie de crever les yeux avec des cure-dents.

« Veronica Sawyer fait partie de la bande la plus populaire de l’école. En plus de Veronica, il y a aussi trois autres filles riches, hautaines, impitoyables avec le même prénom, Heather. Ces trois filles malveillantes règlent tout par la cruauté, le mépris et la manipulation sexuelle. Même si ce sont les élèves les plus populaires, les « Heathers » sont craintes plus qu’elles ne sont aimées. Veronica en a assez de leur comportement vicieux et celle-ci, sous l’influence de J.D., un autre jeune marginalisé, organise une petite vengeance qui va mal tourner…. »

Heathers (renommé Fatal Games en français – on se demande encore pourquoi…) est une petite production des années 80 qui fut un véritable flop à l’époque mais qui aujourd’hui est classée parmi les 500 meilleurs films de tous les temps. On y retrouve un casting assez exceptionnel: Winona Ryder, Christian Slater, ou encore Shannen Doherty.
Il s’agit d’une comédie complétement décalée, qui fonctionne à l’humour noir, qui se fout du politiquement correct, et qui n’hésite pas à jouer la carte du grotesque sans pourtant dépasser les limites. On se retrouve avec une Winona Ryder affublée de chapeaux horribles et d’un monocle par exemple.
On peut trouver le scénario un peu abusif, mais il reflète tout de même bien la cruauté lycéenne.

Les personnages sont absolument excellents: Winona Ryder incarne à la perfection la lycéenne qui a envie d’être populaire mais qui en même temps ne veut pas trop s’éloigner des autres qui eux ne le sont pas, on assiste à la montée en puissance de la Heather incarnée par Shannen Doherty qui passe de la victime au bourreau (on sait tous que les rôles de garce conviennent parfaitement à cette chère Shannen). Et on se retrouve avec un des meilleurs personnages masculins de teen movie, le bien nommé J.D. (que moi et mon goût très prononcé pour les psychopathes on a classé n°1 des personnages fictifs qui retournent ma culotte).

On doit aussi à Heathers une collection incroyable de répliques plus divines les unes que les autres, en voici quelques unes:
J.D.: “Chaos is great! Chaos is what killed the dinosaurs, darling.”
Veronica: “Heather, why can’t you just be a friend? Why do you have to be such a mega-bitch?” – Heather: “Because I can be.”
Veronica: “Dear Diary: Heather told me she teaches people ‘real life.’ She said, real life sucks losers dry. You want to fuck with the eagles, you have to learn to fly. I said, so, you teach people how to spread their wings and fly? She said, yes. I said, you’re beautiful.”

Je ne peux que vous conseiller Heathers, et si vous le regardez et que vous venez me dire que vous ne l’aimez pas, sachez que ma réaction sera à peu près semblable à celle de J.D. sur le gif ci-dessous.

Kate.

Movie Madness #1

We need to talk about Kevin – 17.5/20

Bande annonce: *

affichekevin


Very good girls – 13.5/20

Bande annonce: *

Very_Good_Girls_1


Les âmes vagabondes – 9/20

Bande annonce: *

The_Host_Poster


 Julie & Julia – 12.5/20

Bande annonce: *

julie_and_julia_ver2


Good morning England – 19/20

Bande annonce: *

boat_that_rocked


The bling ring – 11.5/20

Bande annonce: *

21005295_20130513125110571


The fifth estate – 11.5/20

Bande annonce: *

Le-cinquième-pouvoir-The-Fifth-estate-poster


Thirteen – 14/20

Bande annonce: *

501654_Thirteen-Posters


Liberal arts – 16.5/20

Bande annonce: *

affiche-Liberal-Arts-2012-1


The book thief – 13.5/20

Bande annonce: *

book_thief_xlg

Five girls (2006, Canada).

5ive-Girls

Casting : Rob Perlman, et 6 actrices que personne ne connaît.

Cinq adolescentes sont envoyées dans un centre d’éducation surveillé. Elles découvrent qu’elles possèdent de puissants pouvoirs, qui vont les aider à lutter contre une puissante force démoniaque…

Pourquoi c’est nul ? Pour des tas de raisons. Le casting est trop pauvre. Mis à part Rob Perlman (d’ailleurs on se demande ce qu’il vient faire dans un tel film!), le reste du casting est inconnu dans le monde cinématographique. En plus de ça on doit supporter les contorsions faciales des actrices qui n’hésitent pas à faire toutes sortes de grimaces pour faire passer toutes sortes d’émotions qui ne nécessitent pas forcément de ressembler à un monstre pour être exprimées. Le scénario est (malheureusement) mauvais. Et c’est fort dommage, parce que l’idée de base n’était pas mauvaise. L’histoire repose sur le « démon » Légion, vous savez le fameux « Mon nom est Légion, car nous sommes nombreux. » que l’on retrouve dans le Nouveau Testament. C’est une base assez solide pour un scénario, cette histoire biblique étant bien trop peu exploitée au cinéma. Le problème, c’est que le scénario perd toute crédibilité au bout de 15 minutes, quand on rentre dans le vif du sujet. On se retrouve avec 5 filles, dotées de pouvoirs surnaturels tirés par les cheveux (une d’entre elle passe à travers les murs s’il vous plaît!), pouvoirs qui ne leur servent absolument pas dans le film. Le scénario préfère partir sur le chemin d’une histoire d’amour lesbiennes complètement hors-sujet entre deux des personnages, oubliant totalement de traiter de l’histoire de base. Nous n’avons aucune réponse aux questions que l’on se pose au début du film. La fin est presque risible tellement elle est bâclée et sans intérêt.

1

Pourquoi on soutient ce film alors ? Et bien malgré de nombreuses incohérences et une histoire un peu trop mauvaise pour en faire un bon film, cela reste un bon divertissement. On dit merci à Rob Perlman d’être là, d’être crédible dans son rôle de prêtre pas vraiment rigolo, et si on se débarrasse des grimaces des actrices, elles ne sont pas aussi mauvaises qu’elles le laissent paraître. On rajoute une bande son vraiment, mais vraiment, très sympa, qui se marie très bien avec l’ambiance fantastique du film. Les quelques effets spéciaux que l’on retrouve au fur et à mesure sont plutôt bien gérés. Il s’agit là d’un film dit d’horreur qui n’en est pas vraiment un, un film sans prétention qui se laisse regarder. Un film nul qui mérite un peu de soutien et un petit coup d’oeil.

Kate.

How I live now

tumblr_mxasebpVqc1qgfscco2_500Je savais déjà au bout de 10 minutes de film que j’allai vous en parler ici, c’était  une évidence. How I live now, c’est l’histoire de Daisy, jeune new-yorkaise, forcée de passer les vacances chez sa tante dans la campagne anglaise.
Dépaysement total pour cette jeune fille habituée à côtoyer les extravagances des new-yorkais tous les jours. Là bas où ses creepers et sa tonne d’eye liner passaient inaperçu, ici ils sont plutôt voyants, et assez mal perçu d’ailleurs. Elle va se retrouver seule avec ses cousins et sa cousine, à affronter l’arrivée de la troisième guerre mondiale.

C’est bien simple, j’ai vu ce film le jour de sa sortie, c’est à dire en mars, et je ne m’en suis toujours pas remise (très sincèrement).
Je ne sais pas si c’est l’histoire, si c’est le talent fou de Saoirse ou bien les deux, mais ce film m’a profondément touché. Ceux qui me connaissent un petit savent à quel point j’aime Saoirse, et ce qu’elle dégage dans ses films. Évidemment je parle de The Lovely Bones, et non de Nos âmes vagabondes, qui il faut l’avouer n’était vraiment pas terrible. Mais là, elle dégage un truc vraiment particulier, beaucoup moins enfantin qu’à son habitude, je l’ai trouvée vraiment très juste.

Mais How I live now, ce n’est pas seulement un film qui parle de jeunes qui courent dans les bois d’Angleterre pour tenter de survivre à une situation apocalyptique, il y a vraiment une dimension psychologique, surtout avec le personnage de Daisy qui est assez insociable, très maniaque, et qui n’a vraiment pas l’air de s’accepter comme elle est et de s’aimer elle même, elle ressent presque de la haine envers elle même.Petit à petit, Daisy va laisser de coté ses règles, et essayer de s’amuser en se joignant à ses cousins.

tumblr_mxasebpVqc1qgfscco1_500S’alliant à tout ça, une histoire d’amour naissante, bien dosée, ne prenant pas toute la place dans le film comme on peut voir souvent dans un teen movie (bon, vous me direz, pourquoi faire un teen movie si ce n’est pas pour parler d’histoire d’amour d’ados ?), il ne me semble pas m’être dit « mais pourquooooi » devant une scène d’une niaiserie sans pareil, c’est que cette histoire a dû être vraiment bien menée, même si je n’ai pas vraiment apportée énormément d’importance à parti de l’histoire. J’avais beau avoir des doutes à propose de George McKay en rentrant dans la salle, mais je peux vous dire qu’en sortant j’ai fermé ma bouche et même presque failli verser une petite larme (oui oui, à ce point là). Je pense que Saoirse a un de ces visages qui réussi à transmettre des émotions si fortes et à une vitesses impressionnantes. Le rôle lui allait tellement bien, si on m’avait dit qu’il avait été fait pour elle dès le départ, je l’aurai vraiment cru !
Dès les premières secondes, j’ai accroché, entendant seulement de la musique et Daisy s’insulter, s’ordonner un tas de règles à respecter, jour après jour. C’est vraiment quelque chose que j’aime quand on parle de mal-être et de soucis psychologiques dans un film.
Peu à peu, l’histoire prend forme, cette dimension psychologique s’efface, pour revenir comme il faut, au bon moment à la fin du film. Et ô mon dieu que c’est bon.

L’histoire de la troisième guerre mondial reste presque en fond, ne prend pas une dimension politique, d’ailleurs on ne sait même pas qui attaque, et ça ce n’est pas pour me déplaire !
La première scène de bombe est renversante, tellement bien tournée, tellement prenante. Et au fur et à mesure, l’ambiance devient plus noire, le climat de plus en plus apocalyptique.
On commence à se concentrer sur la relation de Daisy et de sa cousine, et ça c’est super intéressant, c’est sans doute la relation la plus intéressante de ce film.Kevin McDonald, tu as fais un tel boulot, si tu savais ! Les paysages sont magnifiques, parfois à couper le souffle, une réalisation très bien menée. ET LA BO, si parfaite, bourré de rock, je vous jure vous allez aimer ! Je vous laisse quelques photos ici pour vous faire baver. Bon je vais m’arrêter là parce que bon, je pourrai écrire sur ce film pendant des heures et des heures mais vous allez finir par en avoir marre. En bref, je vous le recommence vraiment vraiment vraiment ! Pour les plus bilingues d’entre nous, vous avez de la chance, vous allez pouvoir le trouver sur la toile dès aujourd’hui, pour les autres il va falloir attendre encore un petit peu pour une version sous titrés HD.

Top 10 des meilleurs teen movies de l’univers.

Il y a deux types de films que j’aime plus que tous les autres: les teen movies et les films nuls. Et vous n’avez pas le droit de penser que ces deux genres forment en réalité une seule et même catégorie. Aujourd’hui je vous propose un top 10 des teen movies qui, selon moi, sont les meilleurs. Et quand je dis « teen movies », je ne parle pas de High School Musical (Zac Efron si tu me lis, je fais des bisous à tes abdos), Camp Rock, Twilight et autres films que je préférerais oublier. Je parle des vrais TEEN MOVIES. D’ailleurs, si vous n’aimez pas les années 80/90 passez votre chemin, mais ce serait vraiment dommage de louper ça. (Il vous suffit de cliquer sur le titre d’un film pour obtenir toutes les informations, c’est pas beau?)

1 – (ex-æquo) Heathers, 1988/The Breakfast Club, 1985. (aka les rois des Teen Movies)

Il y a tellement de raisons qui font que j’aime Heathers que je ne vais pas toutes vous les citer. Mais pour faire bref, il y a un casting royal (Winona Ryder, Christian Slater, Shannen Doherty), des répliques excellentes. Puis il s’agit quand même d’un film classé dans le top 500 des meilleurs films de tous les temps, ce n’est pas rien.

Que celui/celle qui n’a jamais entendu parler de The Breakfast Club retourne immédiatement au fond de sa grotte et n’en sorte plus jamais. Ce film est à voir au moins mille fois.

2 – Jawbreaker, 1999.

Rose McGowan en reine des garces est une très bonne raison pour regarder ce film. Je vous l’accorde, ce n’est pas le film du siècle, mais si comme moi vous passez votre vie à regarder des teen movies alors que vous avez l’âge de prendre votre retraite, vous ne pouvez que l’adorer.

3 – Mean Girls, 2004. 

Mean Girls a fêté ses 10 ans il y a peu de temps, mais le film n’a absolument rien perdu de sa perfection. De toute façon, si vous ne l’avez jamais vu,  je ne peux rien faire pour vous à part vous conseiller la corde et le tabouret.

4 – The Craft, 1996.

Je vous vois déjà partir dans le cliché du film pour ados qui parlent de sorcières. ET BIEN NON. Enfin si, peut-être un peu. Mais il vaut au moins 30 coups d’œil ce film. Déjà parce qu’on retrouve Neve Campbell et Skeet Ulrich que l’on aime déjà tous d’amour grâce à Scream, mais aussi parce que le reste du casting mérite les deux pouces en l’air pour toujours, et puis parce qu’il est génial.

 

5 – Easy A, 2010.

Un film avec Emma Stone est un film à voir, il n’y a rien d’autre à ajouter. (Si, on peut peut-être rajouter qu’Emma Stone est parfaite dans ce film).

6 – 10 things I hate about you, 1999.

Si je vous dis que ce film réunit Heath Ledger et Joseph Gordon-Levitt, vous êtes d’accord que c’est une raison plus que suffisante pour le regarder au moins une fois par mois jusqu’à votre mort?! (Heath Ledger, bébé, je t’aimerais pour toujours!)

7 – Clueless, 1995.

Ok, on est dans le cliché du film bien girly à vomir des paillettes, mais parler de teen movies sans citer Clueless c’est comme boire du coca sans bulles.

8 – Cruel Intentions, 1999.

Sarah Michelle Gellar en reine des salopes, Ryan Phillipe et sa tête de leader d’un boys band, que demander de plus. Le reste du casting est tout aussi parfait (Reese Witherspoon, Selma Blair, Joshua Jackson…), et ça regarde (très) facilement, et avec plaisir.

9 – Freaky Friday, 2003.

Lindsay Lohan avant qu’elle pète les plombs et Chad Michael Murray avec les cheveux longs. Rajoutez tous les clichés du teen movie parfait et vous obtenez Freaky Friday.

10 – Teaching Mrs. Tingle, 1999.

Quand je disais que teen movies et films nuls n’appartenaient pas à la même catégorie, j’ai sans doute oublié de mentionner qu’il y avait des exceptions. En voila une. Mais comme j’aime ces deux genres de films, j’ai trouvé Teaching Mrs. Tingle vraiment bien. Et puis Katie Holmes et Barry Watson dans un même film au départ tu te dis « LOL », et au final tu te dis « LOL LOL LOL LOL ».

 Kate.

Heartless

Image

Heartless, ce film qui est complètement passé inaperçu !

Je me suis demandé pourquoi un moment, surtout au vu du casting Clémence Poésy, Jim Sturgess, Timothy Spall ça laissait prévoir un bon truc.
Puis depuis que je l’ai vu, j’ai compris !

Heartless c’est l’histoire de Jamie un jeune photographe timide et très introverti, la raison ? Une tâche de vin qui couvre la moitié de son visage ainsi qu’une partie de son corps. Après avoir rencontré Tia, il passe un pacte avec le diable pour accéder à la beauté. Mais la beauté a un prix.

« Jim Sturgess photographe » ça partait bien, Clémence Poésy n’a rien enlevé à mon hystérie.

L’histoire était plutôt cool, assez bizarre pour être intéressante. Les 30 premières minutes sont vraiment intéressantes, Jim Sturgess est très bon, l’ambiance commence à être un peu fantastique, sombre.Puis ça commence à sombrer petit à petit dans tout ce que je déteste dans ce genre de films, bon déjà Jim même avec une tâche sur le visage, tu es beau, sache le. Ensuite les démons sont des petits dinosaures très laids mais pas vraiment flippants, et enfin l’histoire part un peu dans tous les sens. Il fait un pacte avec le diable, se retrouve dans un cocon, reviens à la vie tout en étant « normal et beau ». Bon, ainsi soit-il. Mais là, il se rend compte qu’il va devoir faire des choses pour rembourser cette dette. Il aurait pu réfléchir un peu avant de s’apitoyer sur son sort. Parce que oui, le personnage est insupportable, à moins d’être en profonde dépression et de le trouver attendrissant, on a juste envie de lui botter le cul du début à la fin.

Il faut apparemment avoir un master de philosophie pour comprendre quelque chose à ce film (Faust tout ça tout ça), et même avec ça, ça ne reste pas très glorieux étant donné le peu de budget qu’ils ont mis dans ce film.

Je ne vous parle même pas de ce petit retournement de situation final, qui m’a énervé pendant environ une demi-heure.

Claire.